Ma Blonde-Paris

04 août 2015

Lectures d'été

image

Julian Fellowes est l'auteur de la série Downton Abbey, un excellent argument qui m'a fait acheter ce roman qui nous ramène dans le swinging London où l'aristocratie anglaise va perdre peu à peu son lustre. le narrateur va devoir se replonger dans ses souvenirs et retrouver une femme à la demande de son ami de l'époque mourrant. Chaque chapitre est consacré à une conquête passée. Chocs des cultures, conflits de classes, rivalités, nostalgie, épreuve du temps qui passe et humour sont les ingrédients de cette histoire que j'ai beaucoup aimée. 

Passé imparfait de Julian Fellowes, 10/18

 

Faire le deuil de sa mère qui vient de mourir semble impossible à la narratrice de ce roman (presque autobiographique!). Elle décide de partir sur le lieu de souvenirs heureux: Cadaquès où le fantôme maternel règne mais aussi les souvenirs d'enfance et les réflexions adultes aujourd'hui, un joli roman de quadra, solaire malgré le chagrin, sur le rapport mère/fille et  la liberté féminine.

Ça aussi, ça passera de Milena Busquets, Gallimard.

 

Comme il faut tout lire de l'une et de l'autre, je n'ai pas été déçue par mes deux écrivains françaises préférées. Annie Ernaux continue de s'interroger sur son quotidien, ses semblables, veut graver les choses insignifiantes pour toujours les inscrire dans notre Histoire. Et puis Maylis de Kerangal, toujours impeccable dans son oeuvre où elle mène à la baguette, tel un chef d'orchestre, ses personnages, le décor dans lequel ils évoluent (ici Marseille!). je suis subjuguée par son utilisation du verbe, son écriture parfaite. Vivement la sortie de son nouveau roman!

Vie extérieure d'Annie Ernaux, Folio.

Corniche Kennedy de Maylis de Kerangal, Folio.

 

  Richie, un livre sidérant (et bien écrit!) sur un homme typique de son milieu et atypique dans son milieu (vous me suivez?!), sur l'entre-soi, le moule des élites qui façonnent notre pays, la généalogie du pouvoir... Shakespeare, Balzac et Bourdieu avait vraiment tout compris! 

Richie de Raphaëlle Bacqué, Grasset.

 

L'adolescence de Joyce Maynard, une passionnante plongée dans les années 60/70 à travers les yeux d'une jeune fille espiègle, intelligente, sensible et drôle! Une jeune fille qui va aller à la rencontre de Salinger. Une adolescence comme un conte! 

Une adolescence américaine de Joyce Maynard, 10/18.

 

Posté par anC75 à 10:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


31 juillet 2015

Instants d'été

IMG_6818

IMG_6679

IMG_6698

IMG_6699

Le temps des fruits juteux, le temps de la récolte dans le potager, le temps des clafoutis, le temps de la crème solaire, le temps de se dire qu'on va bientôt voir l'océan, le temps des sandales et des croutes aux genoux, le temps de prendre le temps, le temps d'oublier, le temps d'espérer, le temps des robes, le temps des apéros dans le jardin, le temps de composter son billet de train, le temps des valises, le temps de croquer un glaçon, le temps de lire le matin alors que tout le monde dort encore, le temps d'ouvrir les fenêtres de la voiture, le temps de mettre une cassette dans l'auto-radio, le temps de la pastèque, le temps de plonger, le temps de remonter à la surface, le temps d'avoir des projets, le temps d'un dîner dehors, le temps du linge étendu dans le jardin, le temps de croquer une pêche, les temps de feuilleter un magazine, le temps d'une sieste, le temps de sentir la peau, le temps des calins, le temps de l'amour, le temps des vacances, le temps d'être ensemble, le temps de se revoir, le temps de se retrouver, le temps de rire, le temps de l'odeur des pins chauffés par le soleil, le temps d'arroser les fleurs, le temps de se poser.

Posté par anC75 à 15:29 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

17 juillet 2015

The party

FullSizeRender

Je voulais les fêter, réunir les amis pour l'occasion et entrer dans cette décennie avec de la musique, des sourires, de la danse! Alors il y a eu les arrivées, ceux qui arrivaient en voiture et les autres en train, ceux qui venaient de loin et ceux qui étaient à côté. Il y a eu un énorme gâteau dans une voiture surchauffée, qui fondait à vue d'oeil mais qui est arrivée à temps dans le frigo. Il y a eu les idées de la tenue que je porterais et cette robe en soldes chez Bash qui était une évidence et mes souliers Patricia Blanchet que le Brun m'avait offert à Noël dernier. Il y a eu la playlist parfaite de Nico, les petits fours à l'intérieur et les clopes à la belle étoile. Il y a eu les bougies, les regards, l'émotion. Il y a eu les petits mots, le soutien, les fous-rires et les roulés-boulés. Il y a eu cette nuit étoilée ou le gilet n'était pas nécessaire. Il y a ces ballons, ce 4 et ce 0. Il y a eu les refrains adorés et les intros fatales. C'est un brunch le lendemain. Des viennoiseries et des chaises de jardin. De la pastèque fraîche et des sandwichs au jambon. C'est des conversations et quelques gueules de bois. C'est l'heure du départ pour certains. C'était THE party. C'était bien. De beaux souvenirs.

Posté par anC75 à 08:47 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

01 juillet 2015

Benjamin et Chiara

image

image

image

image

image

Benjamin Biolay chante Trenet et s'entoure de ses muses, amies, ex, copines, femmes. Un concert au top où le chanteur est revenu sur Trash Yéyé (mon album préféré!) et je dois dire que le voir en compagnie de Chiara m'a fait un plaisir fou, un couple éternel malgré tout! Un de me concerts préférés de BB!

Posté par anC75 à 09:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 juin 2015

We were in London!🇬🇧

image

image

image

image

image

On ne se lasse pas de retrouver Londres chaque année! Dépaysement assuré et porte-monnaie miné! Un peu de Liberty, un peu de Hamley's et la visite du chouette musée William Morris (au bout de la Victoria Line), un homme merveilleux tant par ses idées que par ses créations, un endroit enchanteur! Et puis toujours s'extasier devant les maisons colorées et fleuries, j'ai du être anglaise dans une autre vie! ^^

Posté par anC75 à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



17 juin 2015

Blur

IMG_4587

IMG_4585

IMG_4596

IMG_4624

IMG_4641

Mon premier concert de quadra me ramène finalement à mes 20 ans! Revoir Blur au complet, en forme, généreux, plein de fraîcheur! Quel plaisir de retrouver Damoooooon et sa bande, 13 ans plus tard! Des tubes, le nouvel album, un rythme fou, un plaisir partagé! Et une scénographie sublime aux éclairages délirants! Et puis tu vois que t'as 40 ans quand au stand des tee-shirts, ils vendent des tee-shirt en taille 6 ans et que tu en ramènes un pour ton héritier (bon Le Brun s'en est aussi acheté un, hein!). Wouhouuuuuuu!

Posté par anC75 à 18:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 juin 2015

40 ans à Séville! (3)

IMG_4460

IMG_4425

IMG_4420

IMG_4504

 

IMG_4493

 

image

 Voilà, Séville ce sont des ruelles ombragées, des orangers sur des places, des parfums à la tombée de la nuit, des tapas, des sangrias, une soirée d'anniversaire près de l'Alcazar, un passage de décennie tout en douceur grâce à mon Brun, c'est monter la Giralda et admirer le panorama, c'est la cathédrale au gothisme flamboyant et où l'on peut voir le tombeau de Christophe Colomb, c'est les calèches et le son des sabots des chevaux, c'est des boissons fraîches dégustées sur une place, c'est le parc Mario Luisa magique avec la fanfare des perruches dans les arbres, c'est la Pavillon Mudejar, c'est le soleil, le ciel bleu, c'est une douceur de vivre, c'est là que j'ai eu 40 ans.

Super restau où dîner le soirn une terrasse arborée au oied des remparts de l'Alcazar: Corral del Agua: Callejon del Agua, 6

Posté par anC75 à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 juin 2015

40 ans à Séville! (2)

IMG_6619

image

image

Paon

Las Teresas

Robe

Olé

En ce deuxième jour, on commence à s'habituer à la chaleur (quoique!), on tente les churros/chocolate pour le petit-déj mais vu qu'il fait déjà plus de 20°C, on préfère le zumo de naranja natural avec quelques glaçons et c'est parti pour visiter le sublime Alcazar! Un jardin d'Eden où palmiers, paons, rosiers, buissons de myrthes, des arbres magnifiques se mélangent et un palais digne des 1000 et une nuits, la visite est douce, spectaculaire, agréable et nous rappelle la fameuse partie de cache-cache entre Yves Montand et Alice Sapritch dans La folie des grandeurs! Un lieu incontournable dans Séville, à ne pas râter!

Ensuite direction, le quartier de Santa Cruz, l'ancien quartier juif de Séville, une merveille de dédale de rues et de places où le murmure des fontaine, les terrasses à l'ombre des orangers et la douceur de vivre vous donne envie de vous arrêter siroter un granizado, una sangria, una cerveza, una agua con gaz à chaque fois (mais pas en même temps, hein!)! Il fait chaud, ça tombe bien! On décide de déjeuner à Las Teresas, un bar à tapas typique où locaux et touristes se côtoient au bar. Quel plaisir de grignoter dans un endroit qui ne ressemble pas à un énième bar du Marais ou de Brooklyn avec un mur en brique/un hipster en chemise à carreaux/et des bagels à 12 euros! Ici, c'est typique (des vieux tableaux, des vieilles affiches, les jambons qui pendent...), c'est local, c'est pas uniformisé, c'est bon et bon marché! Un régal!

Las Teresas, Calle Santa Teresa, 2 (dans le quartier Santa Cruz)

Posté par anC75 à 12:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 juin 2015

40 ans à Séville! (1)

IMG_4399

IMG_4408

IMG_4416

IMG_4417

IMG_4419

 

C'est à Séville que le Brun m'emmena pour fêter mes 40 ans! Olé! C'est parti pour quatre jours calientes! Je vais vous faire partager nos coups de coeur et nos bonnes adresses!

Premier jour, pas de décalage horaire mais un gros décalage de températures! Après deux heures d'avion, on prend 20 degrés Celcius de plus sur la tête, n'oubliez pas vos chapeaux! Pour l'hébergement, c'était la première fois qu'on tentait Airb&b, un appart agréable, joli en plein centre, nous n'avons jamais pris les transports en commun, juste le taxi pour l'aéroport (un prix fixe pour le trajet de 25 euros). On ouvre la valise, on met nos affaires d'été et nos sandales et en route pour découvrir Séville, la ville de Vélasquez, Carmen et Don Juan! 

Première étape, la Plaza de Toros, les arènes majestueuses et impressionnantes de la ville. Le sol jaune, les murs rouges et blancs, le soleil qui tape, une ambiance folle dans ce lieu mythique de la culture andalouse. Un musée de la tauromachie a été créé au sein des arènes, une jolie chapelle... un bel endroit à la photogénie indiscutable. Il est 15h, le soleil est de plus en plus ardent, il est temps de rentrer dans un bar à tapas pour déjeuner!

On décide de traverser le Guadalquivir, direction le quartier de Triana. Ne manquez pas d'aller déjeuner à Las Golondrinas, les habitants du quartier y vont le week-end, mention spéciale aux chipirones à la plancha, aux carottes au cumin et aux champignons avec leur petits chapeaux verts: une crème à l'ail délicieuse! La sangria est top aussi! Un passage au marché couvert de Triana, tout près de la belle tour recouverte d'azulejos, et saliver devant les jambons, les melons et les poissons frais. J'adore aller dans les marchés et supermarchés des pays étrangers, c'est un début d'immersion que de voir l'alimentation du pays. Jusqu'à 17h, la ville se repose, il fait trop chaud pour travailler! ^^

Le soir, nous avons dîner au bord du fleuve et avons pu admirer les clochers, les toits, la végétation. Rentrer alors qu'il fait nuit et que la chaleur se calme un peu. En profiter pour aller siroter un mojito au bar The Secondroom, le meilleur bu depuis mon séjour à Cuba, un mojito servi dans un pot de miel, généreux et avec de la vraie glace pilée (pas des glaçons comme la plupart du temps, hélas!)! Et à 6 euros, on peut même en prendre un deuxième! Voilà pour le premier jour!

Las Golondrinas: Calle Antillano Campos, 26

Bar The Secondroom: Calle Placentines, 19

Posté par anC75 à 20:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 juin 2015

40 ans

image

Il était 5h50 du matin, à l'hôpital international de la Cité Universitaire, quand il y a 40 ans, jai poussé mon cri primal, ma mère m'a prise dans ses bras et mon père a porté son premier regard sur moi. il voulait un prénom, ma mère un autre, ils ont composé mon prénom. Horses de Patti Smith et Desire de Bob Dylan sont de la même année que moi. C'est juin, le premier jour, le temps des cerises. Ma mère a acheté mon faire-part de naissance boulevard Saint-Germain dans une boutique appelée Diptyque. Je suis la première petite-fille de mes grands-parents. mon cousin Cyprien va naître fin le dernier jour d'août. J'apprends à faire du vélo et du roller (avec 4 roues!) au Parc de Sceaux. Mes copines s'appellent Bénédicte, Laure, Diêm-Khan, je suis en maternelle, en Oshkosh/chemisier Liberty/Start-rite rouges. j'adore l'eau, la mer, nager, on met un temps fou à me convaincre de sortir de l'eau. La première fois que je prends l'avion c'est pour aller à Alger avec Maman.Je passe mes vacances au bord de la Méditerranée, en juillet avec Pépé et Mémé et en août avec Maman et Papa et puis que Maman et à nouveau avec Maman et Papa et après qu'avec Maman. Je n'aime pas les séparations. Pépé m'emmène à la piscine l'hiver, le dimanche matin après le marché et l'été on met nos masques et nos tubas pour chatouiller les poulpes et froler les poissons. Le samedi, je prends le 68 avec Mémé pour aller aux Galeries Lafayette, je reviens souvent avec un habit pour mon bébé Corolle. J'adore lui tenir sa main dans la foule du boulevard Haussmann. Le soir on regarde les variétoches de Marithé et Gilbert Carpentier (Pépé m'a acheté un coupon de lamé pour que j'imite les chanteuses!) et puis Droit de réponse avec Michel Polac. Le samedi soir après c'est Champs Élysées et Les enfants du rock! J'aime l'école et ma copine Capucine qui me confit que ses parents ont vu Renaud en concert mais que c'est un secret. Un Tonton préside le pays, les grands portent des badges, il y a des punks au Forum des Halles et une gomme qui sent la fraise dans ma trousse. Papa est de retour, on part en Angleterre sur un bateau, je donne du pain de mie aux canards de la Tamise. J'adore mon sweatshirt Snoopy. Tu regardes le mardi soir La dernière séance après le cour de piano et le mercredi c'est danse. Mémé t'amène parfois rue de la Paix chez Repetto, les tutus et les chaussons sont si jolis. À la fin de l'école primaire, une de tes camarades meurt d'une leucémie. Tu penses encore souvent à elle, Solène. C'est le collège, Maman tricote des pull Any Blatt. Tu rêves d'un pull angora de chez Benetton dont tu collectionnes toutes les pubs. Maman me l'achète un samedi après-midi. Mes seins ne poussent pas. On commence à faire la bise aux garçons. C'est l'époque du Top 50 et des 45 tours achtés au Monop. il y a les Noël en Picardie dans la maison de Mémé où j'ai peur d'aller au grenier mais j'aime y retrouver les vieilles robes et les pattes d'eph que j'essaie devant le miroir et parfois les vacances en Corrèze et les balades au Puy de Momé au milieu des chataignes. Un jour, je regarde Shaka Zulu et je me dis que je voudrais être ethnologue. On passe un mois au Bugrkina Faso, une claque: chevaucher des crocodiles vivants, tomber en panne en pleine brousse, dormir dans une case, aller chercher de l'eau au puits. Un voyage important pour une fille de 12 ans. Ma tante est enceinte, Cyprien va avoir un petit frère mais la naissance va être difficile: des opérations, le CHU de Montpellier et puis la vie qui reprend ses droits. Mes copines s'appellent Corinne et Caroline. C'est la mode des Creeks et des sweatshirts Blanc Bleu. Tu redoutes le jour où tes grans-parents ne seront plus là, tu passes des heures au téléphone avec tes copines. Bientôt 16 ans, je découvre les Doors, je vais à La Droguerie m'acheter des perles, je rencontre Agathe, on se marre, je déménage mais veux rester dans le même lycée. Ce sont de belles années de découvertes en tous genres. Je suis fan du Rouge et le Noir, on découvre Nirvana. Je m'habille aux Puces, c'est le grunge, jean déchiré, chemise de bucheron et Converse défoncées. On doit choisir sa voix, j'aime les langues et l'Histoire. Clémentine, ta chatte, meurt la veille de l'oral du bac blanc de français, tu as une extinction de voie... En juin, pour le vrai oral, ce sera L'éducation sentimentale de Flaubert. L'été qui suit, la nuit de la Saint Mour, tu le fais pour la première fois. C'est les vacances, l'insouscience, c'est faire la fête le soir et plonger dans l'eau le jour. Le SIDA menace. c'est l'année du bac, tout semble possible, 15 ans de scolarité s'achèvent. Direction la Sorbonne, les soirées étudiantes, les cinés, les baby-sittings. je vais chercher Hugo et Rosa tous les jours à l'école. Il y a aussi Caspar, Ava, anglais, que je vais même garder dans le Devon. Et puis Arthur, Kino et Gina dont je m'occupe l'été à Majorque. C'est la belle vie. Je rencontre Nuria, Guillem, leurs cousins, on fait la fête, je bosse, on fait la fête. J'aime moyen la fac mais j'aime les cours. Maman m'emmène à New York, grandiose, hélico by night au dessus de Manhattan, grimper en haut du WTC, Broadway... Je rencontre Chris à Paris, le bel américain qui me fait découvrir Wong Kar Wai. Je vais voir trois fois Lost Highway de David Lynch en une semaine. J'aime aller en concert. Je garde parfois la petite Lou le soir et je vais commencer un stage dans l'édition. C'est le début de l'aventure professionnelle avec Anne. Je rencontre Céline, Églantine, Dominique, Benoît, Émilie, ils sont toujours là. C'est une période enchantée. À la fin de mon stage, j'embraie sur un autre et je passe le réveillon 1999 à New York chez Chris. Il neige. Un séjour initiatique, triste mais finalement bénéfique. À mon retour, je suis embauchée dans l'édition. Je retrouve les copains. Je dois faire mes preuves. Je suis motivée, je découvre, j'apprends, je rencontre. Je fais plusieurs concerts par semaine. J'emménage dans mon premier appart. C'est compliqué avec les mecs. Je contacte une psy. Une fabuleuse rencontre. Je lis. J'évolue. Être seule me pèse. Je quitte mon poste pour un autre, c'est la maturité. Je rencontre de nouvelles personnes. Je rencontre un homme. Une promenade sur la plage de St Malo. Une conversation dans un bistrot près de la gare de Lyon. Je pars découvrir Cuba avec Maman. J'ai un homme en tête. Je rentre. Un homme va devenir mon homme. Je repar à Cuba avec lui. Chez moi, chez lui, chez nous. Je suis étonnée de tant de facilité. Pépé meurt un mardi de juillet, l'été de mes 30 ans. Nous partons en Afrique du Sud. Il y a des fêtes dans le jardin, des désirs, des envies, des voyages. Et puis si je faisais un enfant? cela va prendre du temps. Parfois le moral est bas. Mais un samedi glacial de janvier,la vie se met en marche. Un mardi de janvier, je sors de réunion pour appeler le labo, c'est positif. J'ai adoré être enceinte. Je me souviens de ce vendredi d'octobre, le premier, le plus beau. Melvil. Mon fils. Apprendre chaque jour, faire de son mieux, c'est à mon tour de jouer. De fonder une famille, des souvenirs. C'est une maison qu'on réinvente, c'est des vacances à trois ou plus. C'est commencer à dire plutôt vieillir que grandir. C'est faire des choix, parfois être lasse. C'est en même temps savourer sa chance. Avoir conscience de tenter de régler des choses mais que ça on ne peut pas le faire à la place des autres. C'est aimer chaqud jour, voir grandir un petit garçon, lui donner confiance et rire de ses réflexions si justes souvent. C'est sa passiln des animaux. C'est le temps qu'il passe avec ma mère, mon père et ses grands-parents paternels. C'est la décennie de quelques mariages, de naissances et de séparations. C'est la peine et la joie. La maladie parfois. C'est l'heure du bilan. Et donc de nouvelles envies, de nouveaux projets et dansersur des talons Patricia Blanchet. C'est croire en soi, prendre sa vie en main, savourer le soutien de l'amour. C'est l'envie d'y croire. C'est faire la fête. Pour cette nouvelle décennie, je souhaite que ça fasse sens. Aujourd'hui, je fête mes 40 ans! En avant!

Posté par anC75 à 05:50 - - Commentaires [48] - Permalien [#]