image

Il était 5h50 du matin, à l'hôpital international de la Cité Universitaire, quand il y a 40 ans, jai poussé mon cri primal, ma mère m'a prise dans ses bras et mon père a porté son premier regard sur moi. il voulait un prénom, ma mère un autre, ils ont composé mon prénom. Horses de Patti Smith et Desire de Bob Dylan sont de la même année que moi. C'est juin, le premier jour, le temps des cerises. Ma mère a acheté mon faire-part de naissance boulevard Saint-Germain dans une boutique appelée Diptyque. Je suis la première petite-fille de mes grands-parents. mon cousin Cyprien va naître fin le dernier jour d'août. J'apprends à faire du vélo et du roller (avec 4 roues!) au Parc de Sceaux. Mes copines s'appellent Bénédicte, Laure, Diêm-Khan, je suis en maternelle, en Oshkosh/chemisier Liberty/Start-rite rouges. j'adore l'eau, la mer, nager, on met un temps fou à me convaincre de sortir de l'eau. La première fois que je prends l'avion c'est pour aller à Alger avec Maman.Je passe mes vacances au bord de la Méditerranée, en juillet avec Pépé et Mémé et en août avec Maman et Papa et puis que Maman et à nouveau avec Maman et Papa et après qu'avec Maman. Je n'aime pas les séparations. Pépé m'emmène à la piscine l'hiver, le dimanche matin après le marché et l'été on met nos masques et nos tubas pour chatouiller les poulpes et froler les poissons. Le samedi, je prends le 68 avec Mémé pour aller aux Galeries Lafayette, je reviens souvent avec un habit pour mon bébé Corolle. J'adore lui tenir sa main dans la foule du boulevard Haussmann. Le soir on regarde les variétoches de Marithé et Gilbert Carpentier (Pépé m'a acheté un coupon de lamé pour que j'imite les chanteuses!) et puis Droit de réponse avec Michel Polac. Le samedi soir après c'est Champs Élysées et Les enfants du rock! J'aime l'école et ma copine Capucine qui me confit que ses parents ont vu Renaud en concert mais que c'est un secret. Un Tonton préside le pays, les grands portent des badges, il y a des punks au Forum des Halles et une gomme qui sent la fraise dans ma trousse. Papa est de retour, on part en Angleterre sur un bateau, je donne du pain de mie aux canards de la Tamise. J'adore mon sweatshirt Snoopy. Tu regardes le mardi soir La dernière séance après le cour de piano et le mercredi c'est danse. Mémé t'amène parfois rue de la Paix chez Repetto, les tutus et les chaussons sont si jolis. À la fin de l'école primaire, une de tes camarades meurt d'une leucémie. Tu penses encore souvent à elle, Solène. C'est le collège, Maman tricote des pull Any Blatt. Tu rêves d'un pull angora de chez Benetton dont tu collectionnes toutes les pubs. Maman me l'achète un samedi après-midi. Mes seins ne poussent pas. On commence à faire la bise aux garçons. C'est l'époque du Top 50 et des 45 tours achtés au Monop. il y a les Noël en Picardie dans la maison de Mémé où j'ai peur d'aller au grenier mais j'aime y retrouver les vieilles robes et les pattes d'eph que j'essaie devant le miroir et parfois les vacances en Corrèze et les balades au Puy de Momé au milieu des chataignes. Un jour, je regarde Shaka Zulu et je me dis que je voudrais être ethnologue. On passe un mois au Bugrkina Faso, une claque: chevaucher des crocodiles vivants, tomber en panne en pleine brousse, dormir dans une case, aller chercher de l'eau au puits. Un voyage important pour une fille de 12 ans. Ma tante est enceinte, Cyprien va avoir un petit frère mais la naissance va être difficile: des opérations, le CHU de Montpellier et puis la vie qui reprend ses droits. Mes copines s'appellent Corinne et Caroline. C'est la mode des Creeks et des sweatshirts Blanc Bleu. Tu redoutes le jour où tes grans-parents ne seront plus là, tu passes des heures au téléphone avec tes copines. Bientôt 16 ans, je découvre les Doors, je vais à La Droguerie m'acheter des perles, je rencontre Agathe, on se marre, je déménage mais veux rester dans le même lycée. Ce sont de belles années de découvertes en tous genres. Je suis fan du Rouge et le Noir, on découvre Nirvana. Je m'habille aux Puces, c'est le grunge, jean déchiré, chemise de bucheron et Converse défoncées. On doit choisir sa voix, j'aime les langues et l'Histoire. Clémentine, ta chatte, meurt la veille de l'oral du bac blanc de français, tu as une extinction de voie... En juin, pour le vrai oral, ce sera L'éducation sentimentale de Flaubert. L'été qui suit, la nuit de la Saint Mour, tu le fais pour la première fois. C'est les vacances, l'insouscience, c'est faire la fête le soir et plonger dans l'eau le jour. Le SIDA menace. c'est l'année du bac, tout semble possible, 15 ans de scolarité s'achèvent. Direction la Sorbonne, les soirées étudiantes, les cinés, les baby-sittings. je vais chercher Hugo et Rosa tous les jours à l'école. Il y a aussi Caspar, Ava, anglais, que je vais même garder dans le Devon. Et puis Arthur, Kino et Gina dont je m'occupe l'été à Majorque. C'est la belle vie. Je rencontre Nuria, Guillem, leurs cousins, on fait la fête, je bosse, on fait la fête. J'aime moyen la fac mais j'aime les cours. Maman m'emmène à New York, grandiose, hélico by night au dessus de Manhattan, grimper en haut du WTC, Broadway... Je rencontre Chris à Paris, le bel américain qui me fait découvrir Wong Kar Wai. Je vais voir trois fois Lost Highway de David Lynch en une semaine. J'aime aller en concert. Je garde parfois la petite Lou le soir et je vais commencer un stage dans l'édition. C'est le début de l'aventure professionnelle avec Anne. Je rencontre Céline, Églantine, Dominique, Benoît, Émilie, ils sont toujours là. C'est une période enchantée. À la fin de mon stage, j'embraie sur un autre et je passe le réveillon 1999 à New York chez Chris. Il neige. Un séjour initiatique, triste mais finalement bénéfique. À mon retour, je suis embauchée dans l'édition. Je retrouve les copains. Je dois faire mes preuves. Je suis motivée, je découvre, j'apprends, je rencontre. Je fais plusieurs concerts par semaine. J'emménage dans mon premier appart. C'est compliqué avec les mecs. Je contacte une psy. Une fabuleuse rencontre. Je lis. J'évolue. Être seule me pèse. Je quitte mon poste pour un autre, c'est la maturité. Je rencontre de nouvelles personnes. Je rencontre un homme. Une promenade sur la plage de St Malo. Une conversation dans un bistrot près de la gare de Lyon. Je pars découvrir Cuba avec Maman. J'ai un homme en tête. Je rentre. Un homme va devenir mon homme. Je repar à Cuba avec lui. Chez moi, chez lui, chez nous. Je suis étonnée de tant de facilité. Pépé meurt un mardi de juillet, l'été de mes 30 ans. Nous partons en Afrique du Sud. Il y a des fêtes dans le jardin, des désirs, des envies, des voyages. Et puis si je faisais un enfant? cela va prendre du temps. Parfois le moral est bas. Mais un samedi glacial de janvier,la vie se met en marche. Un mardi de janvier, je sors de réunion pour appeler le labo, c'est positif. J'ai adoré être enceinte. Je me souviens de ce vendredi d'octobre, le premier, le plus beau. Melvil. Mon fils. Apprendre chaque jour, faire de son mieux, c'est à mon tour de jouer. De fonder une famille, des souvenirs. C'est une maison qu'on réinvente, c'est des vacances à trois ou plus. C'est commencer à dire plutôt vieillir que grandir. C'est faire des choix, parfois être lasse. C'est en même temps savourer sa chance. Avoir conscience de tenter de régler des choses mais que ça on ne peut pas le faire à la place des autres. C'est aimer chaqud jour, voir grandir un petit garçon, lui donner confiance et rire de ses réflexions si justes souvent. C'est sa passiln des animaux. C'est le temps qu'il passe avec ma mère, mon père et ses grands-parents paternels. C'est la décennie de quelques mariages, de naissances et de séparations. C'est la peine et la joie. La maladie parfois. C'est l'heure du bilan. Et donc de nouvelles envies, de nouveaux projets et dansersur des talons Patricia Blanchet. C'est croire en soi, prendre sa vie en main, savourer le soutien de l'amour. C'est l'envie d'y croire. C'est faire la fête. Pour cette nouvelle décennie, je souhaite que ça fasse sens. Aujourd'hui, je fête mes 40 ans! En avant!